Que dois-je attendre de l’art aujourd’hui?

Extrait de la Critique de Christophe Chelmis, historien de l’art, juin 2009

- Que dois-je attendre de l’art aujourd’hui ? Des artistes peintres contemporains ? Vibrer… Ne rien intellectualiser. Avoir confiance pleine et entière en l’artiste ? Une invitation. Pour la bonne marche du groupe social impossible d’y échapper. Tu tends un peu l’oreille, le peintre est Birman. Exotique… Zaw Min porte sa culture dans son sourire et son regard, j’entends ses yeux. Ne pas me fourvoyer, j’aime le peintre. J’entrevois Pei Ming, j’entrevois l’Asie dans les yeux. On ne parle plus ici de calmes paysages ouvrant à la douceur de vivre. On parle maintenant d’un vieil asiatique à l’oreille bleu outremer retenant d’énormes lunettes. Essayez de voir les tableaux de Zaw Min. Entrez dans ses paysages si la nature vous porte. Laissez-vous observer par son vieillard aux lunettes posées sur son oreille bleue. Soyez sensibles à la délicatesse de ces larges brosses. Zaw Min est un artiste. Je voudrais que sa peinture soit ses larmes. Zaw Min est artiste. Il ne pleure pas, il peint. Ici Zaw Min nous offre une photo. Peinte. J’aime la photo. Autant vous dire que les hyperréalistes, je les aime. Tous. Ils sont souvent américains, parfois italiens ou lituaniens. Ce birman m’offre son monde, hyper réel. Le brouillard de notre vision sur des idées forcément floues. Dire sans imposer. Comprendre que la Birmanie ne s’appelle plus la Birmanie. Comprendre les mères birmanes, blessées par cet avenir incertain. Zaw Min trônera je l’espère là ou je serais. Pour chaque jour me rappeler que contemporain en birman ça veut dire vivant.



Inscrivez-vous à la newsletter...
_

Nom : / Prénom : / E-mail : / Envoyer